Il faut sauver Tacheles

Crédit photo: Jérôme Gué

(Triste) Actu : Ca y est, le Tacheles est fermé. On a du mal a y croire car cela faisait des années que sa fermeture était annoncée. Elle aura finalement été plus rapide que l’ouverture du grand aéroport de Berlin… La banque propriétaire des lieux va vider le bâtiment et le vendre. Le dernier espoir serait la rachat de Tacheles par la mairie ou les artistes mais quels sont leurs moyens face aux riches investisseurs qui vont fondre sur cette bonne affaire ?

Tacheles est un lieu connu de tous les Berlinois. C’est un bâtiment construit en 1909 et qui abrita successivement le grand magasin Passage, des bureaux AEG, le siège du front du Travail pendant la guerre puis un centre culturel au temps de la RDA. Quelques mois après la chute du mur, des squatters investirent l’édifice. Aujourd’hui les touristes gravissent les escaliers tagués à la douce odeur d’urine et visitent les ateliers d’artistes allemands, italiens, mexicains, tchèques…

Ces derniers payent un loyer symbolique à la HSH Nordbank, propriétaire des lieux. Mais la banque souhaite maintenant revendre le bâtiment. Bien que Tacheles soit devenu un lieu touristique, c’est un symbole du Berlin alternatif qui risque de disparaître.

Une manifestation a été organisée le 20 septembre dans les rues de Berlin, de Tacheles jusqu’au siège de la HSH Nordbank. A ma grande surprise, il y a avait à peine une centaine de personnes. Evidemment il était difficile de mobiliser les troupes en manifestant un lundi à 14h. Les Allemands sont moins bien organisés que les Français qui ont leur jeudi réservé pour ce genre d’événement.

Il y eut beaucoup plus de participants lors de la soirée de soutien à Tacheles samedi dernier. De nombreuses salles habituellement fermées étaient ouvertes. Il y avait de la musique à tous les étages et une faune diverse, du touriste à l’artiste peintre en passant par le Berlinois branché.

Tous les ans, de nombreux lieux berlinois sont menacés de disparition grâce aux spéculateurs. Bien que la plupart de ces bâtiments soit férocement défendue et résiste aux riches investisseurs étrangers, on peut se demander si l’âge d’or berlinois n’arrive pas à son terme.


2 Réponses à “Il faut sauver Tacheles”

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *