Œillades langoureuses au August Fengler

Un des rares endroits à Berlin (et peut être en Allemagne ?) où l’on se sent observé(e) quand l’on entre dans la salle enfumée et saturée. Ce n’est pas officiellement un club de rencontres, pourtant les regards dardent et les sourires fleurissent.

Berlin_bar_August FenglerLes propriétaires déclarent qu’il est le plus vieux bar du monde et qu’il a accueilli plein de « ratés » venus faire la fête ici, Napoléon et plusieurs Papes entre autres. Aujourd’hui on continue dans la tradition en écoutant tous les soirs de la musique différente, en jouant au babyfoot, en parlant, en draguant et en dansant !

Dans la première salle précipitez-vous sur une chaise si vous en trouvez une de libre. Puis osez une percée jusqu’au bar en effleurant les regards de vos déjà soupirants. Il faudra user de la même technique pour traverser la salle et vous rendre aux toilettes. De là descendez les escaliers si vous souhaitez faire un babyfoot au sous-sol.

Envie de transpirer ? Rendez-vous dans la petite salle au fond aka le dance floor ! Dans une décoration de tapisserie verte, quelques petits sièges se font submerger par la foule de danseurs et les piles de vestes jetées par terre. Ainsi on gigote sur une musique dont la qualité dépendra de la soirée, serrés les uns contre les autres et en buttant régulièrement sur les sacs laissés au sol par leurs propriétaires fatiguées de les porter.

Ca donne envie n’est-ce pas ? Et quand on sait qu’il ne reste presque plus aucun endroit pour danser à Prenzlauer Berg, on est bien content de connaître le August Fengler ! (si par le plus grand des hasards on se retrouvait la nuit dans ce quartier).

August Fengler
Lychener Straße 11
10437 Berlin

Du mardi au samedi à partir de 19h

  Ce post vous a plu ? Pour recevoir les nouveaux articles de Good Morning Berlin, abonnez-vous à la newsletter

!

Equipement de circonstance


2 Réponses à “Œillades langoureuses au August Fengler”

  1. Si on se sent observé au Fengler c’est tout simplement qu’il y a beaucoup d’habitués qui se connaissent et surtout que le personnel connait Il faut quelques mois de pratique pour que l’on se sente tout simplement chez soi au Fengler

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *