Comment choper un Allemand ?

Crédit photo: Jérôme Gué

Pourquoi un article sur ce sujet ? Parce qu’ici les règles du jeu sont totalement différentes de celles à laquelle notre culture française nous a habitués. Et il vaut mieux les connaître sous peine de postuler au couvent au bout de quelques mois en pensant que notre charme est resté bloqué dans l’avion, quelque part entre Paris et Berlin.
De fait, ici, ce sont les femmes qui draguent et les hommes qui minaudent. Du coup vous pourrez passer des soirées entières en mini-jupe sans qu’aucun mâle ne vous accoste. Cette absence de harcèlement masculin est très agréable au début mais inquiétante au bout d’un certain temps.

En fait tout est parti des femmes. Celles qui ont reconstruit l’Allemagne après la guerre, qui ont édifié des collines avec les débris de la guerre, qui ont appris à leurs filles à être indépendantes et à leurs fils à pisser assis. Le féminisme a castré nos pauvres Allemands qui n’osent plus faire de compliments (une offense à l’intelligence des femmes !), n’ouvrent pas la porte devant une demoiselle (eh oh on peut se débrouiller toute seule !), nous embrasser car en fait, peut être que ce n’est pas ce que l’on désire…

Mes expériences avec nos voisins germains m’ont presque amenée au renoncement. Il y a eu le premier qui m’avait invitée au sauna sans me préciser que la tenue d’Eve était requise. Cet autre qui me faisait de grandes accolades dans le dos en guise de bonjour alors que la veille, un peu alcoolisé, il m’embrassait fougueusement. Celui que je pensais gay mais qui finit par me plaquer contre un mur. Et enfin l’amoureux transi qui ne me rappela jamais car persuadé d’être trop petit par rapport à moi (en fait on faisait la même taille).

J’ai donc fait appel à mes copines françaises qui ont réussi à choper un Allemand, et surtout, qui sont parvenues à le garder ! Évidemment il n y a pas de recettes, comme toute relation entre deux êtres humains, c’est compliqué. J’ai aussi interrogé mes amis allemands pour comprendre ce qui se trame dans leur cerveau. C’est difficile de distinguer la part de personnalité et la part de culture dans le comportement et les réactions de chacun. J’espère donc que vous ne prendrez pas cet article trop au sérieux, il est évidemment très cliché… mais aidera peut être certaines à acquérir les bases de la drague à l’allemande.

1. L’approche

Égalité oblige, c’est autant aux femmes qu’aux hommes de faire le premier pas. C’est du moins ce que me déclarait un Allemand. Mais en réalité ce sont plutôt les nanas qui font les premiers pas, proposent le premier rendez-vous (le deuxième, le troisième…), font les yeux doux et embrassent l’objet de leur désir. Si vous attendez qu’il vous drague il faudra faire preuve de patience (ou le faire boire).

2. La suite

Vous l’avez mis dans votre lit ? Bravo ! Mais ce n’est que le début de la quête. Car ce sont les jours suivants que les difficultés vont arriver. Déjà il faudra jongler avec les langues, l’allemand, l’anglais, le français, l’espéranto… Bref trouver celle qui sera la plus facile pour vous deux. Et ne pas attendre qu’il vous rappelle. Car là encore l’initiative est appréciée et ce n’est pas une tâche qui incombe spécialement à l’homme.
Et après ? Et bien il faudra se débrouiller et ne pas vous énerver parce qu’il vous dit les choses en face. C’est l’une des qualités/défauts qui est le plus ressorti dans mes recherches. La franchise ! Si les Français auraient tendance à vous lancer des fleurs pour vous faire plaisir, un compliment venant d’un Allemand se mérite (mais il a d’autant plus de valeur). Un Allemand me confia qu’il n’arrivait pas à faire un compliment s’il ne le pensait pas vraiment. Et même pour être gentil/poli/délicat ? Non, impossible !
Une copine m’indiqua que son copain lui disait tout franchement, sans prendre de pincettes. Que ce soit pour lui dire qu’il la trouvait jolie ou pour se plaindre de sa nonchalance en matière de ménage. Ne vous braquez pas, ce n’est pas dit méchamment mais en toute franchise (et avec un grand manque de tact).

3. Le cas berlinois

A Berlin, ville de la liberté et de tous les plaisirs, le nombrilisme règne en maître. Chacun est passionné, ne vit que pour atteindre ses objectifs (devenir DJ résident au Berghain, Artiste performeur, Créateur de start-up, Blogueur célèbre…) et profiter de sa vie rêvée au milieu des open-air entre potes. Du coup, sentiments et relations sont souvent vus comment des entraves à cette liberté, voire dangereux pour l’équilibre. On ne sait jamais, on risquerait de tomber (au sens propre) amoureux ! Ajoutez à cela une certaine timidité à faire part de ses sentiments et vous obtenez un homme incapable de vous déclarer sa flamme et surtout effrayé par ce feu interne qui dévore son petit cœur. Pas question de se faire avoir… Hop, je te quitte femme de mes rêves !

4. Les plus de la Française

Allez, ne nous plaignons pas, il suffit de babiller en allemand avec son accent français si « suss » pour que notre Allemand tombe sous le charme. Il parait que nous sommes aussi appréciées pour notre féminité qui fait parfois défaut aux Allemandes (elles associent coquetterie à manque de caractère). Nous on assume très bien notre coté séductrice et intellectuelle… enfin, n’en faites pas trop dans le flirt quotidien et pluriel, ça risque de faire détaler votre teuton tout juste apprivoisé.

5. Les conseils pratiques

– Faites le boire
– Laissez-le gagner à un jeu de société (ou au babyfoot) pour lui donner confiance en lui
– Choisissez un Allemand acclimaté à la culture latine
– Dites que vous écrivez un article sur « comment séduire les Allemands qui sont si coincés ». Il fera tout pour vous prouver qu’il est autant à la hauteur qu’un Français.

Allez, vous pouvez vous déchaîner dans les commentaires ! Je suis certaine que vous avez plein d’expériences qui infirment cet article.

Messieurs les Français, je me pencherai peut être sur votre cas plus tard mais dans les débuts vous ne devriez pas manquer de propositions.

Découvrez les adresses les plus sympas pour sortir à Berlin.

50 Réponses à “Comment choper un Allemand ?”

  1. Je suis un peu en retard aha !

    Mais je devais commenter !. Car ton post est vrai. Même si cette après midi j’ai vu quelques différence…Pourquoi cette après midi ? Car j’ai passé une petite journée avec un allemand, qui est maintenant MON allemand. Il s’est déplacé de Trèves (Trier) pour moi, jusqu’à Metz. *qui sois dit en passant, un geste que j’ai trouvé vraiment mignon.* Bref…La veille j’ai essayer de lire des post sur les allemands tout ça…Et je suis tombé sur le tien, qui je dois dire m’a fait « peur », mais j’ai flippé pour rien parce qu’il à juste était adorable ! Je sais que ça ne met pas tous les allemands dans le même panier mais, franchement..Il m’a complimenté, il à fait le premier pas dans la rue (en m’embrassant, en me tenant la main devant tout le monde.) et bon…Il faut dire, heureusement que Reverso existe car parfois on ne se comprenait pas tellement donc il a fallu trouver un moyen, mais la plupart du temps on a bien rigoler, et voilà…Tout ça pour dire que, bon les allemands ne sont pas perfekt ! Loin de là. Mais ils sont tellement respectueux, et aujourd’hui, à l’heure actuelle, je me vois plus avec un Allemand qu’avec un Français.

  2. Natacha

    Hey!
    Je voulais juste dire que j’ai trouvé cet article très intéressant 🙂
    J’ai également vécu à Berlin dans le cadre d’un séjour. L’année prochaine je repars en Allemagne.

    Je suis sortie avec un allemand plus jeune que moi pendant une durée de un an. Au début, j’assimilais notre histoire à un compte de fée. J’avais pris le soin de choisir quelqu’un qui aimait la culture française et qui maitrisait bien le français. Du coup c’était facile pour nous de communiquer. On se comprenait, on parlait deux langues. On était un couple parfaitement bilingue et on aimait la culture de l’autre. Malheureusement, cette histoire n’a pas duré. Je pense tout simplement que Monsieur était trop jeune et n’avait ni la volonté ni le courage de continuer. C’est dommage car j’y croyais réellement et mon rêve s’est, en quelque sorte, « effondré ».

    Quoiqu’il en soit, je te rejoins complètement sur tes idées, c’est assez difficile de « choper » un allemand et surtout à Berlin. Les hommes ne vont pas comme ça vers les femmes. Tu as beau te faire super jolie en tant que française (parisienne), parfois tu as l’impression de passer inaperçue ! C’est assez flippant et vexant par moments :p. Tu as l’impression de ne pas plaire alors que dans le fond, je pense que si ! Tout dépend sur qui tu tombe ;). Côté sexuel, faut dire que la plupart des hommes allemands sont très ouverts ! Je ne sais pas si d’autres personnes ont le même ressenti que moi.

  3. Bonjour,
    Hum je sais pas par ou commencer.
    Voila. Je joue a un jeu video et jai rencontre un allemand.
    Nous parlons anglais ensemble et je lui apprend des mots francais et inversement.
    On rigolait ensemble, javais même l’impression qu un jeu de seduction se passait. On ne sest jamais vu mais cest bete je commencais a mattacher a lui. La routine de la journee faisait que jetais super contente de jouer avec lui le soir car il etait ma part de folie dans la journée.
    Malheureusement, nous nous sommes engueules parce que je nai pas reussi a le sauver dans le jeu et que jen ai rigole. Il la mal pris et ne parlait plus. Ca ma mis hors de moi qu il repone plus.
    Alors 2 jours apres je lui ai demande sur facebook pourquoi il etait si en colere conre moi. Je lui ai avoue que meme si je vis avec un homme, et que je laime, je commençais a avoir des sentiments pour lui. Qu il etait ma part de folie dans ma journée. Que jadorais jouer avec lui.
    Mais il ma rien repondu sur des sentiments potentiels ou autre chose. Il ne parlait que de mon comportement. Comme quoi je rigole quand il est serieux etc.

    Peu apres, je mets une photo(une que je lui avais deja envoye en mp) sur instagram avec un commentaire en français : « je suis pas quelqu un de mechant, juste differente de toi, je ne juge pas les gens (apparemment je lai juge parce qu il faisait la gueule)
    Et il a liké la photo !

    On continue de jouer mais chacun de son cote, sans se parler en chat et jai qu une envie cest de lappeler. Que dois je faire ?
    Qu est ce qu il peut etre susceptible ces allemands !

    • Hey !

      Désolée pour cette réponse tardive, mais je viens de lire cet article et de découvrir ce blog.

      Ton cas semble assez particulier. Comme décrit dans l’article, les allemands ont vraiment du mal à expliqué ce qu’ils ressentent vraiment en matière de sentiment. Surtout que tu l’as quand même bien complimenté (en osant lui dire qu’il était la part de folie de tes journées). Tu as mentionnée le fait d’avoir un petit-ami ? Peut-être que cet allemand ne veut pas entrer dans une relation à « problème » (je dis ça dans le mesure où tu n’es pas célibataire). Le fait qu’il est liké ta photo sur facebook est un point positif. C’est qu’il ne te fait pas vraiment la gueule. Puis vous continuez à jouer ensemble. Maintenant, je vois que tu as posté ton commentaire en septembre et nous sommes en novembre, j’aimerais bien savoir ce qu’il en est aujourd’hui …… ?

  4. Suis tombé sur ce site, où les derniers messages datent de 2013. Je profite de cette occasion pour relater ma relation qui a duréedans le temps avec une charmante Allemande.
    J’ai fais mon service militaire en Allemagne (Villingen-schwenningen) versant Est Forêt Noire, non loin de la source du Danube.
    J’étais affecté 159ème CLRM. Parfois,il m’arrivait de m’acheter quelques gâteaux au fromage dans une Backerei. Et dans cette boulangerie travaillait une jeune fille Allemande, Pia. J’y suis allé une fois, deux, trois fois, pour les gâteaux, puis je m’y rendais pour la jolie boulangère.
    A l’èpoque, je connaissais pas grand chose des Us et Coutûmes Allemandes, et encore moins des rapports garçons/filles,
    tout du moins, la façon d’aborder une fille en Allemagne. Je n’avais que 20 ans, n’étant pas spécialement un séducteur, mais j’avais de la suite dans les idées. Quand j’entrais dans la boulangerie, j’étais en uniforme militaire, nickel chrome, tiré à quatre épingles, et toujours d’une rare courtoisie. Casquette enlevée en entrant, et très souvent je lui disais, Guten Tag Mademoiselle.
    En dépit de tout celà, la jolie Fraulein, hormis, le fait de me servir mes gâteaux au Fromage, ne bougeait pas d’un iota, ni même un cil.
    J’avais beau être courtois, propre comme un sou neuf, mais parlant pas Allemand, excepté quelques mots, et à l’époque, mon Anglais, était guère mieux, tout ça paraissait bien figé. Et l’attendre à la fin de sa journée, ne correspondait pas à mes horaires. Or, un soir, avec deux de mes amis, sommes allés faire un tour hors de la ville. Tout en marchant, nous entendîmes de la musique, un peu plus loin.
    Donc, nous y sommes allés, et en contre bas, dans une clairière, il y avait, plusieurs tentes sans parois latérales, sous lesquelles des Allemands en famille et en goguette. On s’est quelque peu incrustés, mais je dois avouer nous avons été excellement bien reçus. Ah !! Franszosen!! Bitte, kommen sie hier. Et là, se trouvait ma jolie boulangère, avec sa famille, frère, soeur, père et mère. On nous a offert à boire, et on a relevé le potlache, une bouteille de bière, puis deux, puis trois, avec bien entendu l’alcool blanc allant avec.
    Connaissant de visage ma boulangère, et elle même me connaissant, nous nous sommes parlés, et l’alcool faisant effet, je lui faisait part de mes sentiments bien réels à son égard, pendant que sa mère assise à mes côtés me faisait du pied d’une manière bien hardie. Puis il a fallut rentrer. Nous nous donc levés, tous, avec difficulté, et en voulant prendre congé de nos hôtes, la Mère de la jolie boulangère se jeta à mon cou en m’enbrassant sur les lèvres à plusieurs reprises. Un peu ivre, un peu flatté peut être, mais surtout gêné, et bien embarrassé vis à vis de ma jolie boulangère, et aussi vis à vis du Mari, que cela faisait rire un moment, puis, je l’ai bien remarqué, le faisait rire un peu jaune par la suite.
    Ce fût la seule fois, ou je suis rentré rond comme un boulon carré à la caserne, un pas en avant, deux pas en arrière, la seule et unique fois !
    Les jours suivants, je n’osais pas aller à la boulangerie. Quand j’y suis retourné, elle était là, impassible droite dans ces bottes. « Bitte » me disait-elle. Puis à la fin de mon année militaire, je suis allé à la boulangerie, m’acheter mon gâteau au fromage, et lui expliquer que je quittais l’Allemagne. Je n’exagère en rien ce qui suit ! Persuadé, que se serait la dernière fois que la voyait, j’ai fais deux pas en arrière, et me suis légèrement courbé en avant pour lui dire au-revoir, et là, ma jolie boulangère, a pratiquement, pour ainsi dire, fondue en larmes,
    Elle m’a tournée le dos, puis quelques secondes après, s’est retournée, avec un sourire, (Et là, je peux, Mesdemoiselles, vous le dire, le Sourire, et une arme Terrible). Pilé sur place, tous mes doutes, mes hésitations ,comme par enchantement, pffttt, envolés. Touché en plein coeur.
    Elle m’a suivit en France, et a fait souche… mais pas avec moi !. Nous avons vécus ensemble. Le Destin, en a décidé autrement
    Cela a été pour nous une belle histoire … N’est-ce pas Pia, si tu me lis….

    • Je reconnais bien dans vos commentaires la dure réalité de l’Allemagne. Je profite de l’occasion pour vous faire part de mon expérience ou plutôt de mon manque d’expérience et j’espère par l’occasion vous faire rire. Je suis un homme de 53 ans, je travaille en Allemagne depuis 2 ans pour le compte d’un grand groupe international. Je parle Allemand avec un niveau moyen/avancé et couramment Anglais. Je consacre beaucoup de temps à mon travail. De fait j’ai très peu, voire pas de vie sociale en Allemagne. Par ailleurs ma langue de travail étant l’anglais, je progresse peu en Allemand. Du coup, ces derniers temps, souhaitant échanger et progresser en Allemand, faire quelques contacts et pourquoi pas avoir une relation avec une belle Allemande, s’il en existe encore (le régime « Bier, Sauerkraut, Würste und Kartoffle » ça abime) , je décide de sortir sur Hanovre. Après un peu de chopping, un petit diner, je passe devant un bar/resto/club d’où vient de la bonne musique. En terrasse, je vois une très belle femme seule. Après avoir fait un tour du propriétaire, resto intérieur, le coin club je ressors en terrasse et aborde directement la belle femme, malheureusement elle attendait quelqu’un. Je lui explique que je suis français, depuis peu dans la région et lui demande si le club est sympa. Elle répond courtoisement, malgré probablement avoir été choquée par mon assaut direct. Je vais alors au club. Il y a quelques hommes au bar ou assis à des tables et tout au plus 3 ou 4 femmes à des tables distinctes. Je prends un verre en attendant que le club ne se remplisse. Petit à petit des hommes et des femmes arrivent séparément, très peu de couples, un ou deux maximum. J’observe la scène et la à ma grande surprise rien ne se passe. Les hommes boivent en silence et les femmes discutent entre copines. Après une heure ou deux et quelques verres, quelques femmes commencent à danser et les hommes regardent. Il leur faudra quelques verres de plus pour oser s’aventurer sur la piste. Un peu amusé de la scène, et un peu trop sur de mon charme et de mes atout de dragueur latin, je me lance sur la piste et fait de mon mieux pour bouger sur la musique. J’aime danser, je pense avoir le sens de la musique. Je m’amuse voire je m’éclate et je regarde autour de moi les regards de femmes. Deux ou trois ont des regards vers moi, des esquisses de sourires. J’échange des sourires ci et là. Wahoo, super, c’est le succès assuré. Après quelques danses je vais me rassoir et finis par aller aborder une des femmes aperçues durant mon show. Je m’approche, son verre est vide, je lui propose de lui offrir un verre et là je me prends un râteau magistral. Je reçois un « Nein! » je dirais presque à la Hitler, même pas un « Nein danke! » et elle tourne la tête de l’autre coté au cas ou je n’aurais pas bien compris qu’il n’y a aucun espoir. Quelques verres et quelques danses plus tard, j’essaye d’aborder une autre femme qui me plaisait également et là encore un refus direct. Wahoo, la super soirée que voila. Je pense que bon français que je suis, j’ai abordé ces dames un peu trop directement et que je n’ai pas tout à fait le même langage des signes, ce que je prenais pour une invitation à la discussion n’en était rien. Bon je tire un trait sur ma soirée. Fort de cette expérience, le lendemain au travail, durant la pause déjeuner, je fais part de mon aventure à quelques collègues Allemands dont un très bel homme 35 ans environ, un corps d’athlète, une gueule d’acteur américain, golfeur à ses heures. Je me dis le beau gosse va m’expliquer l’art de la séduction en Allemagne. Je lui demande comment aborder une femme en Allemagne, comment flirter. Et là, tenez vous bien, j’obtiens la réponse la plus extraordinaire qui soit, celle que je n’aurait jamais imaginé, il me dit qu’il ne sait pas, il a oublié (MDR). Il est en couple probablement depuis l’époque ou il était étudiant et il n’a jamais eu à faire l’effort de draguer une nana. Maintenant qu’il est marié il ne se permet pas d’aborder une autre femme pour une quelconque raison que ce soit. Et de plus pour ne pas paraitre pour un dragueur et faire bonne figure devant ses collègues, hommes et femmes il fait le mec hyper sérieux qui se sait pas de quoi je parle. J’hallucine. Le lendemain je le relance et en blaguant je lui demande s’il a retrouvé la mémoire. Et il fait celui qui ne comprend pas. J’insiste je lui dit que c’est comme le vélo que la drague ça ne s’oublie pas, mais non rien à faire, pas de réponse. Donc confirmation, les Allemands ça ne drague pas, même le plus beau des apollon ne sait pas comment faire. Par ailleurs les femmes en Allemagne ne se permettent pas de s’habiller sexy pour ne pas paraitre provocantes. Elles sont donc toutes plus moches les unes que les autres. Je pense qu’il y a aussi un veritable manque de gout comparativement a nos belles françaises, aux italiennes et autres pays où les femmes prennent plaisir à se faire belle. Par suite, il est bien difficile en Allemagne d’avoir une situation ou vous pourriez juste complimenter une belle femme dans la rue, dans une boutique ou ailleurs. Oui c’est triste l’Allemagne. Mais je ne perds pas espoir, quelques autres collègues m’ont expliqué que la drague est un art difficile en Allemagne. L’un d’eux s’est même pris une paire de gifles en abordant une fille un peu trop directement vous imaginez. Il en ressort qu’il faut attendre que la dame ou la demoiselle vous fasse comprendre qu’elle est ouverte à une approche de votre part. Je pense qu’il faut attendre plutôt 3 ou 4 signes très clairs et patienter un peu voire beaucoup plutôt que d’y aller trop vite au risque de se faire trucider. Le refus avec délicatesse et courtoisie, ça n’existe pas non plus. Nein ist Nein.
      Je vais m’y essayer encore pour le fun. Je ne suis pas du genre qui renonce tout de suite. Je veux avoir une aventure avec une belle Allemande pour améliorer meine Deutsche Kultur et je finirai par y arriver même si je pense être très fortement déçu par rapport au charme et à la délicatesse des femmes de notre beau pays. Je vous raconterai la suite. A plus.

    • Histoire très intéressante ! Je ne sais pourquoi mais en la lisant…. je pense au « silence de la mer » de Vercors et son adaptation cinématographique de Pierre Bourdon. Sauf qu’ici la jeune fille est allemande et le capitaine…. français… Arfff …. trop romantique tout ça…..

  5. Bonjour
    Je suis française et j’ai toujours eu un faible pour les hommes allemands et l’Allemagne en générale

    J’ai pas compris pourquoi vous dit préférer un allemand latinisé (qui connaît la culture latine ) ??

    Sommes nous trop différents ??

  6. Mmmh, quelle drole blog. Je suis Berlinois et j’ai cru que les françaises n’aiment pas etre draguer pas nous. 😉 En fait je suis allée a Paris de me trouver une petite francaise car j’adore votre accent allemand. 😉

    Petite correction: On a l’égalité entre les femmes berlinois et les mecs berlinois: C’est sont les mecs ou les femmes qui fait le premier pas. Il n’a pas une regle.

    Je connais seulement une ville ou les femmes draguent bcp: Helsinki

  7. christian

    Et les gay allemands ? Il parait qu’ ils sont chauds: pas de tergiversations.
    Un jeune trentenaire français en recherche d’emploi m’a dit s’interdire de travailler en Allemagne ( » impossible » m’a-t-il dit quand je lui ai suggérer cette éventualité « je ne penserais qu’au sexe , en plus il sont gatés par la nature, je ne pourrais pas bien travailler ». En voilà une réputation !

  8. merci Elodie pour cet article
    et merci à tous les autres aussi pour votre site vivifiant et enrichissant !

    Je ne comprends pas pourquoi certains comme Michel laissent des commentaires amers qui pourraient blesser un(e) rédacteur(trice) sensible…

    les critiques sont toujours bienvenues si elles sont constructives,
    mais je ne comprends tout simplement pas pourquoi faire des remarques mesquines pour faire mal ou comme pour piéger l’autre …

    cela sent l’ « aigri » qui veut le transmettre aux autres… c’est très dommage, car Elodie a bien précisé que l’article est léger et fait pour se sentir bien, pour relativiser, pour donner des pistes, pour rigoler! C’est pas une théorie sérieuse à analyser!!

    Personnellement, je voyage beaucoup et je me suis trouvé un principe pour les clichés : je suis contre quand ils sont dits sérieusement (trop facile de généraliser ou de rester à un temps révolu), mais je les adore quand on en plaisante (trop dommage de perdre une occasion de rire ensemble!) !

    Merci donc pour ce papier (virtuel!) plein de vie et original!

    ma critique négative : les fautes grammaticales!

    je peux comprendre les coquilles (fautes de frappe) et adore l’argot, le registre familier voire le vulgaire, mais cela me fait mal aux yeux de voir des fautes de grammaire…car on les enregistre en les voyant, on ne respecte pas la langue et nos amis francophiles mais non francophones peuvent apprendre des fautes ainsi,,,
    je sais que la grammaire n’est pas souvent la pote des gens, mais moi je l’aime car j’aime les langues et leurs différences…

    si vous avez besoin d’un correcteur (c’était mon boulot en France, donc je me sens qualifiée pour le faire…), prévenez-moi et j’assure le job (bien entendu gracieusement) !!

    bonne glissage vers 2014, avec des rires à la place des amertumes!!!

  9. J’adore. Je suis québécoise et mon copain est allemand (né et a vécu toute sa vie en Allemagne) de parents Croates. Bon, ça fait de lui quelqu’un de différent, dans presque! tous les bons sens du terme 😉 Il n’est pas très ordonné, il est souvent en retard.. haha mais son respect pour moi lorsque nous nous sommes rencontrés m’a tout de suite séduite. Oui, il faut de la patience. Il ne complimente pas toujours mais lorsqu’il le fait, wow, ça vient tout droit du coeur. Comme lorsqu’il m’a déclaré ses sentiments. C’est également moi qui a fait les premiers pas (ce qu’il a adoré). Ici, au Québec, il y a toute une  »game » à jouer lors du flirt. La plupart des garçons (je généralise évidemment) ont perdus leurs côtés gentleman. Ils lancent des mots qui ne sont pas sincères. Je trouve les allemands très TRÈS raffréchissants. 😉 et quels amants…

    • kepame

      Allo, lors de mon séjours en vacance, nous sommes regarder et cela a été le coup foude sans comprendre. Il est un bon amant et surtout un magnifique délicatesse, je suis Québécoise et lui allemand. Nous voyons au mois pour ce voir le temps décider qui déménagera. Il est galant et me gâte autant que moi. Je ne voie pas grand différence de culture sauf je trouve qui sont plus respectueux que nous les Québécois. j’ai du lui faire comprendre que je me sentait trop protéger et je m’aime pas cela avec mon indépendance. Nous vivons des moments magique et sans Il était seul depuis 3 ans….très colleux et surtout je suis une princesse avec.
      il est toujours de bonne humeur et positif. je connaît pas tous les allemands mais le miens je le changerais pas

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.