Au Blub, paradis aquatique

Crédit photo: Floris Didden

Une soirée, un ami, une histoire de lieu abandonné, une nouvelle expédition. Celle-ci sera l’une des plus aisées en matière d’urbex. Une fin d’après-midi du mois de mai durant laquelle le soleil s’est décidé à nous réchauffer. Nous partons au sud de Neukölln rejoindre nos alliés qui connaissent cet ancien centre aquatique mangé par la décrépitude. Le trajet se fait en vélo, en bordure du ringbahn, là où les entrepôts sont rois. Nous longeons un terrain qui collectionnent des bouts de Mur de Berlin. L’autoroute au sud de la ville est en construction et nous empêche de continuer notre route. Nous devons faire un détour mais finissons par trouver notre chemin et croiser nos amis à pied.

Le canal bordé d’arbres gît sous nos pieds. Une longue péniche remplie de sable passe. Nous songeons à y sauter à pied joint avant de renoncer car notre quête est ailleurs. Quelques minutes plus tard nous accrochons nos vélos et entrons dans le sanctuaire exotique. Une barrière est ouverte, nul besoin d’acrobatie pour entrer au Blub.

Le Blub (Berliner Luft- und Badeparadies) était un centre aquatique construit en 1985 et qui couta 44 millions de deutsche marks. Ouvert tous les jours de 10h à 23h, 600 000 visiteurs le fréquentèrent les premières années puis le nombre diminua de moitié à partir des années 2000. De fait la piscine était devenue le lieu d’affrontement des gangs de jeunes du quartier et le terrain de jeu des… rats venus du canal voisin ! Il parait que l’on en trouvait qui flottaient dans le bassin extérieur et que vous aviez des risques de glisser sur leurs crottes aux abords de la piscine pour enfants ! Ajoutez à cela la dégradation des lieux et vous comprendrez pourquoi le centre aquatique fut élu en 2004 l’un des « 100 lieux les moins cools de Berlin » par un journal allemand. Le Blub dut fermer ses portes en 2005.

blub époque

blub époque2
Photos archives : Blub Badeparadies

La zone de sauna continua toutefois à être utilisée jusqu’en 2012. Puis le complexe fut définitivement abandonné. Un investisseur avait prévu d’y créer un centre de vacances mais le projet ne vit jamais le jour. Dernièrement on a lu que les ruines devraient être rasées pour la construction de centaines de logements. Les travaux devraient commencer à l’été 2015. Est-ce que ce projet sera vraiment réalisé ? Nous n’avons pas attendu de voir pour aller visiter le Blub.

Un cabanon a brulé, il y a peu de temps selon nos amis connaisseurs. Une verrière édentée abrite des palmiers désœuvrés. Plus loin nous longeons un gisement de toboggans bleus. Bientôt des bruits de voix nous indiquent que nous ne sommes pas seuls. De fait le centre aquatique est maintenant envahi par les graffeurs qui agitent leurs bombes et les jeunes du coin qui boivent l’apéro. Ici et là les odeurs de peinture fusent, les artistes sont au travail. Dans une tour une jeune femme nettoie un mur à coup de peinture blanche et prépare son support pour y appliquer une nouvelle œuvre picturale.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans les bassins extérieurs vides, les chaises longues font des heures supp et les visiteurs assis au bord dégustent des bières au soleil. Nous descendons dans la rivière sauvage pour pénétrer à l’intérieur de l’immense espace aquatique intérieur.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il y règne une douce lumière qui éclaire les diverses surfaces de baignades. Nous passons devant des espèces de grottes en fausses pierres et nous demandons à quoi elles pouvaient bien servir. Si les vandales ont détruits toutes les structures en verre ils n’ont pas réussi à atteindre le haut plafond en bois qui semble résister aux vicissitudes du temps. Nous ne nous aventurons toutefois pas sur le toit bien que quelques groupes de jeunes s’y promènent.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Des escaliers en bois vacants profitent du soleil couchant, leur disposition nous donne l’impression d’être entré dans le hall première classe du Titanic. Plus loin une série de salles nous mènent vers les saunas, hammam et jacuzzis dans une ambiance andalouse aux faux stucs. Il y fait bien sombre pour les photos mais on peut aisément se rendre compte de l’organisation des lieux. Nous découvrons mêmes d’anciennes machines à UV.

Nous traversons la piscine à vagues et montons dans l’une des deux tours qui permettaient d’accéder aux toboggans. La descente est maintenant vertigineuse et mortelle. Nous restons sur notre point d’observation pour profiter de la vue panoramique sur le Blub, les arbres environnants et le soleil rasant. Nous n’aurons vraiment pas eu besoin de nous mouiller pour explorer le centre aquatique dont nous ressortons aussi facilement que nous y sommes entrés. Et aucune rencontre avec des rats !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et quelques unes de mes photos :

blub Elodie

Blub Elodie2

Blub Elodie3

Blub Elodie4

4 Réponses à “Au Blub, paradis aquatique”

  1. Marjowsky

    Lieu visité hier. Très belles scènes d’apocalypse! Accès très facile, en revanche alors que nous descendions d’une tourelle à la fin de notre visite nous sommes tombés nez à nez avec un individu menaçant accompagné d’un molosse, qui s’est prétendu gardien et nous a sommés de quitter les lieux. Il a également demandé si nous avions vu d’autres personnes. Pas moyen de savoir s’il s’agisait d’un schlag ou d’un vrai gardien mais dans le doute on a préféré déguerpir. Pas de regret car nous y avions passé un long moment mais prudence pour les prochains visiteurs!

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *