Ciné-Berlin : Party !

Crédit photo: Bar 25 Tage ausserhalbe der Zeit

Berlin est la ville de la fête par excellence, ce qui ne manque pas d’inspirer les réalisateurs. Voici des films et documentaires à regarder en before ou au retour d’un long week-end de clubbing berlinois.

Berlin Calling

L’histoire d’un DJ berlinois qui enchaîne les tournées et les drogues. Les deux n’étant pas vraiment compatibles il finit, suite à l’absorption d’une substance mal dosée, dans un hôpital psychiatrique. Le chemin de la rédemption sera long mais accompagné par la musique. Tourné aux feus Maria-am-Ostbahnhof et Bar 25, le film reconstitue bien l’ambiance des soirées éléctro. Mais surtout nous plonge dans un Berlin où la fête caresse les excès, la liberté adulescente côtoie la contrainte de devenir adulte et les terrasses ensoleillées ne sont jamais loin de rues mélancoliques.

Sorti en 2008 le film a certainement contribué à développé l’image de Berlin comme ville de la fête au niveau international. Il a en tout cas propulsé la carrière musicale de son acteur principal, Paul Kalkbrenner, DJ dans le film et dans la vie. La bande originale a été vendue à près de 140 000 exemplaires et le film vu par 120 000 spectateurs.

Lose your head

Un jeune Espagnol passe des vacances festives dans les clubs berlinois pour oublier ses problèmes sentimentaux. Par l’intermédiaire de la fête et de quelques drogues notre héros va vivre de folles aventures et nouer des liaisons amicales, amoureuses et dangereuses : une Grecque qui cherche son frère disparu dans les tourbillons de la ville, une Allemande qui l’introduit au monde de la nuit et surtout un Ukrainien dont il va tomber amoureux à ses risques et périls.

On retrouve des situations que dans lesquelles chacun pourra se reconnaître, surtout en tant qu’expatrié. Les scènes de clubbing sont particulièrement réussies et l’ambiance des quartiers autour de la Spree, de Warschauer str à Ostbahnhof, bien reconstituées. On s’attache et l’on suit volontiers ce personnage maladroit dans ses tribulations berlinoises mais il faut avouer que les retournements de situation sont parfois un peu grotesques. La fin laisse mais c’est peut être ce qui fait le charme du film ?

Bar25 – Tage außerhalb der Zeit

Le Bar25 est un club mythique. De 2004 à 2010 ses soirées enflammèrent les rives de la Spree. Fondés par un groupe de fêtards rêveurs qui y avaient établi leurs pénates, le bar 25 était constitué d’un chalet fabriqué de bric et de broc et d’espaces extérieurs où l’on installait selon les fantaisies du moment sauna, piscine, bac de boue, balançoires… Particulièrement hype les dernières années, l’entrée était particulièrement sélective et réservée à ceux qui montraient qu’ils étaient prêts à toutes les folies pour s’amuser. Pression immobilière oblige le club ferma ses portes après de multiples manifestations et actions en justice.

Le documentaire réalisé par deux protagonistes et financé grâce à une campagne de crowfounding retrace l’histoire du bar25, de la construction du chalet à la démolition de toutes les infrastructures fabriquées au cours des années… en passant naturellement par les fêtes sans fin où l’on dansait pendant 3 jours, se déguisait, se roulait dans la boue, organisait des jeux puérils et allumait des feux d’artifices. L’accent est aussi mis sur la gestion interne et les relations entre les membres fondateurs, le mouvement d’opposition à la fermeture du club et de manière générale à la lutte contre le projet Media Spree dont le bar25 fut l’une des victimes. Une plongée intéressante et fascinante dans un univers qui n’existe plus et qui a toujours souhaité rester en dehors du temps et de la réalité.

RA : Real Scene

Ce documentaire court réalisé par le site Resident Advisor est un voyage dans l’histoire de la fête à Berlin depuis la chute du mur. Il met en lumière l’évolution de la vie nocturne berlinoise qui jouissait d’une grande liberté dans les années 90, qui s’est peu à peu professionnalisée dans les années 2000 jusqu’à devenir aujourd’hui l’épicentre européen de la fête. Les mieux placés pour raconter cette histoire sont les gérants de clubs qui ont vu cette transformation, qui en sont parfois à l’origine et qui s’y sont en tous les cas adaptés. L’occasion de voir la tête des patrons du Trésor, Watergate, Week-End et Wilde Renate, mais surtout de comprendre comment le caractère unique de la fête berlinoise s’est développé… et pourquoi la sélection à l’entrée des clubs est toujours plus drastique !

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *