Kayak à Spreewald

Spreewald, cela fait longtemps que je rêvais de ce territoire à une centaine de kilomètres au sud de Berlin. Les photos que j’avais vues faisaient miroiter des canaux au milieu d’une forêt, une ambiance bucolique à souhait.

L’occasion d’y aller ne s’était jamais présentée jusqu’à ce dimanche matin où B. et moi fûmes réveillés par les rayons planants du soleil sur fond bleu. Après un quart d’heure de réflexion sur une destination d’excursion dans le Brandenburg, Spreewald est apparu. Mais comment y aller ? Bingo, il y a un train qui part d’Ostkreuz dans 45 minutes et nous emmène directement dans les villes de la réserve naturelle de Spreewald : Lüben, Lübbenau et Burg.

Douche, short, maillot de bain au cas où, tennis, croissant sur le chemin, tickets de train et nous voilà dans le wagon, prêts à décoller. Notez qu’il y a un ticket spécial week-end pour le Brandenburg, le Brandenburg-Berlin-Ticket. Il coûte 29 euros, est valable une journée, et vous permet de voyager jusqu’à 5 personnes. Si vous vous organisez bien vous pouvez donc vous déplacer pour moins de 6 euros à plus de 160 kilomètres de Berlin !

Le train s’ébranle, traverse Schöneweide, les jardins ouvriers entourés par de grandes tours, des villes presque à l’abandon, et le vert infini de la banlieue. Soudain une immense bulle apparaît au loin, tel un ovni dans le paysage pastoral. C’est le fameux Tropical Islands, un cauchemar aquatique dans une bulle transparente, du moins c’est l’impression que j’en ai eu en regardant les photos du site, mais peut être que je me trompe !

Nous passons Lüben et décidons de nous arrêter à Lübbenau. A première vue, la ville déserte ne nous fait pas grande impression. De petits immeubles RDA s’étalent le long de la rue principale, pas l’ombre d’une forêt ni d’un canal. Puis l’espoir revient quand nous voyons des pancartes indiquant que nous pouvons louer des kayaks. Il y a le grand port, et le petit port. Nous optons pour le petit et traversons le centre historique de Lübbenau un peu plus animé et joli. Au bord du petit port un Biergarten et une passerelle qui mène vers la location de kayaks. Il s’agit de l’espace de location Bootsverleih Hannemann que je vous conseille. Nous sommes accueilli très gentiment pas une dame qui nous fournit une carte. Son mari prépare le kayak puis nous indique l’itnéraire que nous pouvons suivre et qui dure environ 2 heures.

spreewald3

spreewald4

spreewald1

En bateau c’est B. qui gère la carte, moi j’admire le paysage bucolique et ensoleillé. Et bien entendu je participe à l’effort commun en ramant. Nous croisons d’autres kayaks, des canoës, et des espèces de gondoles. Les passagers y sont installés autour de table et peuvent donc manger et boire, laissant l’effort au gondolier. Une bonne option pour les moins sportifs.
Les canards sont légions, souvent en couple, bien qu’il soit parfois difficile de distinguer la femelle cachée dans les fourrés. C’est le printemps, drague et bagarre entre mâles sont de mise.

Nous ramons une bonne heure et demi dans les petits canaux souvent déserts, alternant les paysages de forets et de plaine. Puis arrivons à la Gasthaus Wotschofska située au milieu de la forêt. Cette superbe auberge en bois fut construite en 1894 et n’était accessible que par la voie des canaux jusqu’en 1911. Aujourd’hui cyclistes et kayakistes se retrouvent autour des tables du Biergarten. Berliner Weisse et plats typiques sont de rigueur. Nous avons testé la cuisine, pas extraordinaire mais bienvenue pour recharger les batteries.

spreewald-gasthaus

spreewald2

spreewald-parc3

spreewald-parc2

spreewald-village

Quoique le retour est rendu difficile par la digestion du gras ingurgité. Nous retournons vers Lübbenau et passons par la partie du village située au bord de l’eau. C’est un véritable ravissement de découvrir les multiples canaux, les petites maisons en bois au milieu des jardinets fleuris, les familles de canards qui font la course et les Biergarten qui vous tendent les bras. Nous y testons la spécialité locale, un “Plinse”, une crêpe épaisse qui fait presque couler le kayak. Il est temps de ramener notre frêle embarcation et de reprendre le chemin de la gare ponctué par d’étranges troncs sculptés.

statues2

statues

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *