Parcours du combattant au village Olympique

Crédit photo: http://floriandargirolle.com

L’histoire

En 1936 l’Allemagne accueillit les Jeux Olympiques. Les politiques nazis se servirent de l’évènement pour leur propagande antisémite et xénophobe. Plusieurs pays boycottèrent les jeux pour cette raison et organisèrent un évènement parallèle en Espagne, les Olympiades populaires.

Si l’Allemagne remporte largement les jeux (89 médailles dont 33 d’or), l’ athlète afro-américain Jesse Owens fut la star des jeux en gagnant 4 courses dont le 100m qu’il remporta devant 2 Allemands …au grand dam d’Hitler ! Après la guerre,  la rue bordant le stade olympique fut renommée en Jesse-Owens-Straße
Wolfgang Fürstner, le directeur du village Olympique, se suicida 3 jours après la clôture des jeux. Selon les lois de Nuremberg il était « classé » juif et allait être démis de ses fonctions dans l’armée allemande.

A l’occasion des JO fut construit le grand stade Olympique situé à Charlottenburg. Le village Olympique fut installé à une quinzaine de kilomètres à l’Ouest à Döberitz. Construit en 2 ans il s’étale sur 550 000 m² et est constitué de 161 bâtiments dont 141 logements pour les 4800 sportifs. Mais l’infrastructure avait aussi été conçue à des fins militaires et ce fut sa fonction principale dès le début de la guerre (armée allemande) et jusqu’en 1992 (l’armée soviétique l’occupa dès 1945).

village_olympique_berlin

Par la suite le site fut plus ou moins laissé à l’abandon. En 2005 la banque DKB commença à financer la restauration des bâtiments. Des visites sont maintenant organisées d’avril à octobre. Sans guide, l’entrée est à 2 euros… et entre deux groupes de touristes on peut essayer de sortir des sentiers battus !

Y aller

Nous avions pourtant 40 minutes d’avance mais après un combat inégal avec la machine pour acheter notre ticket, la rencontre avec une employée de la BVG qui nous a mal renseigné, une course effrénée dans la monstrueuse Hauptbahnhof… le train partit sans nous.
Il fallut attendre une heure le suivant. Heureusement il y a une exposition très intéressante sur le parvis de la gare qui nous occupât agréablement et nous donna plein d’envies de voyages en Europe. Cette exposition s’appelle Wild Wonders of Europe.
Mais l’aventure ne s’arrête pas là. Arrivés à Elstal nous prîmes un bus. Nous qui nous étonnions qu’il soit plein (tant de gens s’intéressent au village Olympique ?), nous découvrîmes qu’il ne menait non pas au village Olympique mais au Outlet village ! Une merveille du consumérisme où de nombreuses marques proposent leurs articles à prix réduits.

village_olympique_berlin

Après une demi-heure à attendre le bon bus nous nous rendîmes compte qu’il ne passait que toutes les deux heures le samedi… et que nous venions de le manquer. Nous commençâmes la longue marche vers le village Olympique et, coup de bol vu que la route n’était pas très fréquentée, un sympathique habitant nous prit en auto-stop dans sa voiture !

La visite

Il n’y a pas grand monde sur le site. Nous payons nos 2 euros et commençons notre visite par le gymnase qui a été transformé en salle d’exposition. L’intérieur n’est accessible que dans le cadre des visites guidées. A travers les vitres crasseuses on distingue un vieux cheval d’arçon… puis un groupe de visiteurs qui entre dans le gymnase. Nous nous éloignons.

village_olympique_berlinvillage_olympique_berlin

De l’autre coté de la piste d’athlétisme se trouve la piscine. Là encore on ne peut y entrer qu’accompagné d’un guide. Il y a bien des ouvertures mais le bâtiment est trop exposé pour que l’on fasse une tentative maintenant. La grande baie vitrée nous permet quand même d’observer l’intérieur. En contournant le bâtiment on voit dans le sous-sol des fours qui devaient servir à chauffer la piscine.

village_olympique_berlin
 

village_olympique_berlin

Nous passons ensuite sur un chemin qui mène aux maisons des athlètes. Elles sont pour la plupart assez délabrées sauf une qui sert d’exposition.

village_olympique_berlin

Il y a une reconstitution des chambres, des photos et des documents sur les JO et les évènements qui s’y sont produits. Là encore nous décidons d’attendre avant d’y faire une incursion.

Nous arrivons à un grand bâtiment où les sportifs se restauraient. Toutes les ouvertures sont condamnées mais on peut regarder à travers les fenêtres. Une salle est mise en scène et une table dressée.

village_olympique_berlinvillage_olympique_berlin

Semblant s’étendre sur des hectares, des centaines d’immeubles en béton. Ils tiennent encore bien debout même si il n’y a plus de fenêtre et que leurs entrailles sont exposées aux quatre vents. Y pénétrer est facile. Chaque étage semble composé de 3 appartements. La disposition est toujours la même. Il n’y a plus d’objets, seulement des tapisseries qui claquent, des peintures qui s’effritent et des journaux russes collés aux murs qui s’étiolent.

village_olympique_berlin
 

village_olympique_berlin
 village_olympique_berlin
village_olympique_berlin

Plus loin nous entrons dans une petite construction. On dirait une salle des fêtes. Il y a une estrade, du plancher qui se troue et, dans l’une des pièces annexes, des peintures sur une fenêtre que l’on ne sait pas comment interpréter. Est-ce d’origine ou récent ? Quelle est leur signification ?

village_olympique_berlin
 

village_olympique_berlin

Enfin nous retournons aux maisons des athlètes. Malgré la présence des touristes nous avons très envie de voir ce qu’il reste à l’intérieur. Le groupe de la visite guidée n’est pas dans les parages mais quelques visiteurs individuels se promènent ici et là. Mon photographe passe le premier par une grande ouverture. Je m’apprête à le suivre quand un touriste surgit. Je fais mine de me promener et m’éloigne un peu en priant pour qu’il ne voit pas l’appareil photo resté en bas de la fenêtre. Puis une fois le danger passé je peux moi aussi découvrir l’intérieur du bâtiment. Nous trouvons une vieille cuisinière et des lavabos (les mêmes que ceux exposés dans la maison réhabilitée) ainsi que des toilettes sommaires et une multitude de jolies tapisseries. Il y en a d’ailleurs des rouleaux dans un vieux placard à balais.

village_olympique_berlin
 

village_olympique_berlin
 

village_olympique_berlin

Nous ressortons sans encombre. Nous aurions bien fait un tour dans la piscine mais nous sommes déjà bien fatigués de notre journée. Nous n’avons pas non plus l’énergie et le temps (le site ferme à 18h) d’aller jusqu’à la maison Hindenburg. C’était le principal bâtiment administratif avec sa salle télé ! Les Jo de 1936 ont en effet été le premier évènement sportif filmé et diffusé dans le monde. Tant pis, on reviendra !!!

Merci à Matthieu R. pour ses précisions historiques

10 Réponses à “Parcours du combattant au village Olympique”

  1. Merci pour tous ces précieux conseils qui nous ont permis de faire une super visite hors des sentiers battus.

    Certaines choses ont cependant bien changées il me semble. Nous n’avons pas vu autant de chose à l’intérieur des bâtiments puisque leur accès est restreint (et BIEN BIEN clôt). En effet si l’on veut pouvoir admirer les principales structures de l’intérieur (piscine, réfectoire et ancienne école d’infanterie) il faut aussi prendre la visite guidée (qui n’existe qu’en Allemand), auquel cas on ne peut voir les édifices que de l’extérieur… Certaines choses ont été aménagées comme par exemple un baraquement uniquement pour parler de Jesse Owens. La visite est un peu longue, surtout si l’on ne comprend pas, mais elle vaut vraiment le détour !

    L’entrée sans la visite n’est que de 2€/pers, et avec 10€/pers. J’ignore s’il y a encore des bus pour se rendre directement sur place puisque nous y sommes allé en voiture et le trajet à duré 40 minutes avec GPS (adresse : Rosa-Luxemburg-Allee 70 14641 Wustermark, Allemagne) à partir de Mitte. Il y a là-bas un parking non payant pour les touristes en voitures. Les visites ont lieu tous les jours, du lundi au vendredi entre 10 et 16 heures et le samedi et dimanche entre 10 et 18 heures (il vaut mieux arriver BIEN en avance si l’on souhaite faire la visite guidée qui est longue).
    Pas besoin d’appeler ou de réserver, puisque de toute manière sauf si vous êtes bilingue éventuellement vous risquez d’avoir du mal à trouver comment faire, il suffit de se rendre directement sur place.

    En tous cas nous avons vraiment adoré et pris pleins de photos. Je conseille cette visite à toutes les personnes qui veulent changer d’univers et s’éloigner des sentiers touristiques pendant une petite après-midi (avec soleil de préférence).

    Encore merci des conseils qui nous ont poussés à s’y rendre.

    • De Hauptbahnhof il faut prendre le RE4 direction Rathenow et s’arrêter à Elstal.
      Du 1er avril au 31 octobre c’est ouvert de 10h à 16h en semaine et jusqu’à 18h les jours fériés.
      Très sympas les photos de ton blog 🙂

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *