Plongée dans une piscine aride

Je n’aime pas aller à la piscine. Pourtant j’y suis allée un samedi matin très tôt, dans une piscine à l’autre bout de la ville. Mais vous devinez bien que mon intérêt n’était pas de s’y baigner mais plutôt d’explorer ses entrailles. Et pourquoi m’y rendre un samedi matin à 8H, idée pour le moins saugrenue ? Car j’aidais un ami qui déménageait de son appartement situé à proximité.

J’aime me lever tôt le week-end, croiser ceux qui rentrent de leur soirée, zombie pour certains, puce excitée pour d’autre, et surtout la lumière particulière du soleil rose qui balaie les larges avenues. Dans le S-Bahn certaines ne semblent pas partager cette sérénité et braillent au téléphone avec leur mère quelques soient les wagons dans lesquels je me déplace.

Retour au calme à Pankow. Je marche le long des allées résidentielles silencieuses et rencontre des bâtisses qui ont perdu leur faste d’autrefois, grises, mais captivantes par leur architecture travaillée dans laquelle des enfants empierrés jouent avec des dragons.

extérieur

Aucun balcon ne s’effondre sur mon passage et j’atteins mon objectif : la piscine de Pankow construite 1971 sous le régime de la RDA, fermée en 1996 et rouverte brièvement en 2001 avant d’être définitivement abandonnée . Une association s’est constituée et presse la mairie d’offrir une nouvelle vie à la piscine. Mais rien qu’en voyant ses abords jonchés de détritus on comprend que leurs efforts ont été vains.

L’accès est très facile, il suffit de passer entre deux barrières. Mais comme à chaque fois qu’un bâtiment se trouve dans une zone résidentielle, et surtout quand j’explore seule, l’adrénaline monte vite. Je cours pour monter les marches et passer la porte d’entrée qui donne sur un vestibule.

vestiaires

A l’intérieur tout est cassé, graffé, détruit. On reconnaît quand même la caisse à l’entrée et les vestiaire. La plupart des casiers ont été arrachés mais il en reste encore quelques uns debout, certains sont même munis de leur clés qui pendouillent aux serrures, suspendues au dessus du sol jonché de verre.

vestaires

Quand j’arrive dans la pièce où se trouvent les bassins, le soleil transperce les baies vitrées, protégées de la route par des arbres. La lumière filtre à travers les feuilles et adoucit l’atmosphère. Le grands bassin accueille les cadavres d’objets de toute sorte, ceux qui appartenaient à la piscine et ceux qui ont été apportés par les explorateurs fêtards. Le petit bassin est quant à lui décoré par un dessin tracé sur son sol.

fenêtre
grand bassin
profondeur
petit bassin

Je me dirige ensuite vers un escalier où l’on a jeté des casiers. Il faut les enjamber pour descendre à l’étage inférieur, direction le sauna. J’avais lu qu’il avait récemment été incendié. Effectivement, outre l’obscurité naturelle du sous sol, les murs sont noircis et les objets brûlés se convulsent dans un dernier mouvement. La frousse me reprend mais je décide, munie de ma lampe frontale trop grande qui ne cesse de me tomber sur le nez, de poursuivre l’exploration. J’en suis récompensée en découvrant d’abord un petit bassin resté intacte, et surtout en pénétrant dans le sauna en bois qui a miraculeusement échappé aux flammes et aux graffitis. Seules quelques bouteilles de bières sont disposées ici et là.

bassin sauna
sauna

Moi qui ai horreur d’explorer les souterrains je me dis que je devrais m’y mettre car finalement ce sont les lieux où les vandales ne s’aventurent pas en priorité. Clic une dernière photo et je prends mes jambes à mon cou direction la sortie. Finie l’aventure, j’ai un déménagement qui m’attend.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *