Tempelhof, un air de rivage

Crédit photo: Leila Garfield

Malgré la construction récente d’un nouveau terminal qui aura couté 500 000 euros, notre cher aéroport Tegel devrait fermer ses portes en 2013. Son nom a déjà presque disparu du site d’Air France en faveur du nouvel aéroport Berlin Brandenbourg qui est en fait une extension de Schönefeld. C’est l’occasion de se pencher sur le cas d’un autre aérodrome défunt, Tempelhof.

Construit en 1923, c’est le premier aéroport du monde et le troisième plus grand bâtiment en terme de superficie au sol. Il fut utilisé en 1948 et 1949 pour les ponts aériens qui ravitaillaient les Berlinois de l’Ouest en vivres et charbon. Jusqu’à la chute du mur l’aéroport est intensivement utilisé dans un but commercial. Mais après la réunification les pistes servent surtout aux avions militaires, les compagnies aériennes atterrissant pour la plupart dans le « nouvel » aéroport de Tegel. Finalement Tempelhof ferme ses portes en octobre 2008. Depuis, seul un avion en détresse y a atterri en urgence en juin 2010 !

Alors aujourd’hui, un aéroport abonné aux mauvaises herbes ? En quelques sortes oui, mais un peu comme tous les espaces verts de Berlin finalement. Sauf que celui-ci fait plus de 380 hectares !

Un ami breton m’avait confié que Tempelhof, c’était un peu sa brise marine à Berlin, les mouettes et l’odeur de la marée en moins. Et quand j’y suis enfin allée, j’ai compris pourquoi. Sur cette surface plane le regard porte à des kilomètres sans rencontrer d’obstacle. Le vent souffle à s’en déboîter la mâchoire, ce qui fait la joie des propriétaires de cerf-volants et autres objets volants plus ou moins identifiés. On se sent bien en regardant l’horizon lointain, surviennent des envies de crier, de courir, de galoper, de faire des roues et des galipettes dans l’herbe… Et pour les romantiques décalés, rien ne vaut un coucher de soleil à Tempelhof !

Les sportifs ont mis à profit cet immense espace : fans de roller, de vélo, de course à pied… à vous les commandes de la piste d’atterrissage !

Tempelhof est officiellement un parc depuis le 8 mai 2010 et a même des horaires d’ouverture. On peut y faire des barbecues à l’Est, promener son chien dans les 3 espaces dédiés et participer à des salons dont le fameux fashion Bread & Butter.

Que va devenir Tegel ? Son futur est incertain. L’objectif premier était d’en faire une pépinière d’entreprises technico-écologiques mais pour le moment personne ne semble intéressé pour acheter les bâtiments. La deuxième option serait d’y installer la Weddinger Beuth-Hochschule für Technik. Pour l’instant les 460 hectares semblent donc destinés à un abandon provisoire au milieu des lacs et des fôrets, une « solution » qui couterait 4 à 5 millions d’euros par an !

Pleurons Tegel, cet aéroport si accessible comparé au campagnard Schönefeld et souhaitons-lui une aussi bonne reconversion que Tempelhof !

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *