Une journée à la caserne de Krampnitz

Crédit photo: Magali F. Fouquet

Difficile de vous conter cette exploration qui a duré une journée entière soit environ 7 à 8 heures dans la caserne de Krampnitz abandonnée depuis des années. Une caserne ? Autant dire une petite ville avec ses logements, son casino, ses garages, son théâtre, son court de tennis mais aussi ses salles des machines, ses fourneaux, son immense buanderie, sa cantine, sa salle de sport, sa tour de garde de 48 mètres. Environ 350 bâtiments ! Les deux tiers d’entre eux ont été construits sous l’ère soviétique et ont servi de logements pour des familles.

La caserne de Krampnitz fut édifiée entre 1937 et 1939 pour abriter l’école de cavalerie, établie depuis 1866 à Hanovre. A proximité de Potsdam qui comptait déjà de nombreuses casernes et infrastructures militaires depuis des années, l’emplacement était idéal pour la caserne officiellement appelée : Heeres Reit-und Fahrschule und Kavallerieschule Krampnitz (Armée montée et école de conduite et école de cavalerie de Krampnitz). A l’occasion de cette construction un service d’urbanisme des armées fut même créé.

Sur les 85 hectares les soldats apprenaient à monter à cheval mais aussi à conduire les véhicule de guerre. De fait, si l’armée allemande comptait au début de la guerre près de 573 000 chevaux, la tendance était à la motorisation. La cavalerie restait toutefois un symbole auquel était attaché la noblesse et de nombreuses médailles avaient été gagnées aux jeux Olympiques par les officiers issus de l’école de la cavalerie . La caserne fut donc conçue pour respecter les traditions de la cavalerie mais devait aussi être résolument tournée vers la modernité.

3700 militaires et 1800 chevaux vivaient à Krampnitz. On comptait aussi de nombreux logements qui abritaient 450 familles au sud de la caserne proprement dite.

L’utilisation de la caserne évolua en même temps que la motorisation de l’armée. En 1941 elle prit le nom de « Schule für schnelle Truppe » (école pour les troupes rapides), en 1943 ce fut « Panzertruppenschule II Krampnitz » (école des troupes Panzer II de Krampnitz). En 1944 l’unité motorisée quitta la caserne pour Bromberg en Prusse Orientale. Si bien qu’en 1945 il ne restait plus qu’un nombre restreint de soldats à Krampnitz. Ils furent transférés dans des prisons américaines et anglaises et l’armée soviétique prit possession de la caserne en avril 1945. Celle-ci était en parfait état et n’avait subi aucun bombardement. En effet un faux camp avait était installé à proximité du lac Fahrlander pour duper les pilotes alliés !

Après la guerre, la caserne fut utilisée à des fins militaires par les soviétiques, et ce jusqu’en 1992. Diverses unités occupèrent Krampnitz mais à parti de 1983 elle redevint une « caserne école ». En 1989 on comptait 6000 soldats et 1500 familles.

Véritable petite ville on y trouvait un grand magasin, des commerces de fruits et légumes, un magasin DELIKAT qui, ironie, proposait des produits de l’Ouest. D’ailleurs les habitants des environs pouvaient facilement entrer dans la caserne et s’y rendaient régulièrement pour faire leurs courses.

La caserne comptant beaucoup de civils et notamment des familles, elle comportait donc une école et un jardin d’enfants. Pour se divertir on avait le choix entre les 2 cinémas, un théâtre et le « Casino » qui servait de salle de spectacle. Mais comme l’objectif principal d’une caserne, c’est de s’entraîner il y avait aussi 4 salles de sport, une piscine et un stade !

Autant vous dire qu’une journée ne nous a pas suffit pour tout visiter. Mais nous avons eu un bel aperçu et surtout la chance de trouver les bâtiments les plus impressionnants tels que le casino, des salles de sport, les buanderies, le théâtre…

J’y suis allée avec M. F. une formidable photographe avec qui nous échangeons par mail depuis des mois. Nous nous sommes enfin rencontrées et avons décidé de partir à l’aventure ensemble (bien que M. F. ait l’habitude de faire ses explorations urbaines seule !). J’ai eu de la chance (et vous aussi lecteurs) d’avoir une superbe photographe pour m’accompagner à l’une des explorations les plus impressionnantes que j’ai pu faire.

Grâce à M.F. équipée d’une voiture et qui avait bien préparé notre roadtrip nous n’avons pas trop galéré pour trouver l’entrée de la caserne, cachée dans la végétation, derrière des petites maisons, au bord d’un lac. Nous avons dû passer devant les jardinets proprets en saluant les habitants qui devaient bien deviner nos projets puisque le chemin était une impasse donnant sur l’un des bâtiments de la caserne. L’ascension de la clôture ne fut pas trop difficile bien que nous étions un peu pressées par la proximité avec le voisinage. C’est l’atterrissage qui fut un peu dur, en plein dans les orties !

-®entree 2

Nous fîmes une petite pause avant de visiter les premiers bâtiments. C’est toujours incroyable de voir la vitesse à laquelle la nature reprend ses droits. C’est une véritable forêt qui nous entourait. Nous étions à un carrefour d’où plusieurs chemins partaient. Le choix était cornélien… nous nous laissâmes porter par notre intuition (et aussi par une vieille carte trouvée sur Internet que M.F, décidément bien organisée, avait pris le soin de photographier).
C’est ainsi que nous traversâmes ce qui devait être l’ancienne école ou jardin d’enfants. En témoignent les fresques enfantines sur les murs.

-®dessin enfants 2

-®salle vitre¦üe

-®salle pour enfants

On débouche soudain sur une salle de sport au plancher totalement sens dessus dessous. Les paniers de baskets veillent au grain et les projecteurs tombés au sol jouent le rôle de ballons.

-®gymnase1

-®gymnase 2

Nous ressortons par une vitre cassée et débouchons près de l’entrée principale fermée par une grande grille. La grande tour de surveillance est immanquable. J’aurai aimé pénétrer à l’intérieur et gravir ses marches. Mais nous ne trouvons pas d’entrée. Sa proximité avec la voie routière et un étrange sentiment de malaise nous font rebrousser chemin.

-®tour

-®medaille sur mur

Le bâtiment que nous découvrons ensuite est une véritable merveille. Ce fameux casino est certainement l’un des plus beaux bâtiments que j’ai eu la chance de visiter lors de mes explorations urbaines. Bien que vandalisé, on imagine facilement la splendeur qu’il put être. Il suffit de tourner ses yeux vers le plafond…

-®casino2

-®mosaique plafond

Ce bâtiment fut construit vers 1937, à proximité de l’entrée principale, derrière la tour de garde. Il était entouré par les bâtiments qui abritaient l’état majeur et les villas des officiers supérieurs.
Les soviétiques ont détruit (presque) tous les symboles des nazis. Ils ont notamment désencastré tous les aigles qu’ils pouvaient trouver.

-®Vogelfrei

-®casino 3 doigts

-®salle casino3

Mais ils ont eux aussi apposé leur touche aux murs du bâtiment sur lesquels les fresques communistes s’étalent.
Il paraît que des scènes des films « Stalingrad » et « Inglorious bastard » furent tournées ici. En tout cas Georges Clooney était dans le coin au mois d’avril pour le tournage de son film « The Monuments Men »…

N’ayant rencontré aucune star hollywoodienne nous finissons pas quitter le bâtiment. Nous visitons plusieurs logements aux structures toujours identiques. Dans un grenier nous tombons sur une réunion de chaises, comme si des officiers s’étaient tenus là, penchés sur une carte et un plan d’attaque.

On découvre des morceaux de ferrailles sous forme de E. Je crois que c’est un signe qui m’est fait vu que le E est l’une de mes initiales. M.F. finit par découvrir que c’est en fait une partie du système de gond des portes…

Les couloirs sans fin vous donnent une idée de l’exploration immense qui nous ouvre les bras : des graffitis, des baignoires renversées, des journaux russes collés aux murs…

-®escalier

-®grenier

-®couloir jaune

Nous sommes à la recherche de la cantine et des salles de sport mais il est bien difficile de s’orienter dans cette caserne-ville envahie par la végétation. Nous faisons une nouvelle pause sur une surface dégagée plus ou moins bétonnée. Autour de nous ce qui ressemble à des hangars extrêmement dégradés, voir noircis par des incendies.

-®hangars tag

Quand la taille des lieux commence à nous décourager nous finissons pas découvrir des bâtiments en longueur qui semblent être au choix, des salles de sport ou des garages. Nous entrons finalement dans une pièce qui s’apparente à une salle des machines. De fait nous sommes dans l’ancienne buanderie ! Celle-ci fut construite vers 1987. Son exploitation entraîna bien des problèmes puisqu’une erreur de conception conduit à la pollution des eaux alentours pendant plusieurs années. Cette erreur proviendrait d’un problème de coordination entre les équipes, quand la gestion passa des Soviétiques aux allemands de l’Est.

-®laverie5

Reboostées par cette découverte intéressante nous nous engouffrons dans le bâtiment suivant qui devait certainement être la chaufferie. On y distingue plusieurs fourneaux. Mais nous ressentons immédiatement un malaise saisissant. Devant chaque fourneau se trouvent de la terre retournée, comme des tombes que l’on viendrait de reboucher. La présence de vieux vêtements militaires n’est pas là pour nous rassurer.

-®salle des fours tag

Nous décidons donc de quitter notre terrain de jeux. Mais sur le chemin du retour, dans la direction supposée de la sortie, nous aurons encore le chance de faire de belles découvertes ! La salle de théâtre d’abord, avec ses fresques so communiste’

-®theatre

-®theatre2

Mais surtout la salle des sports avec ces dessins qui indiquent les différentes disciplines sportives qui pouvaient y être pratiquées. M. F. prend patiemment en photos ces précieux vestiges. Elle est bien courageuse ! Car les moustiques ne cessent de mordre notre peau, se faufilant à l’intérieur des pantalons et des tee-shirts. J’ai regretté d’avoir abandonné ma recherche matinale de lotion répulsive.

-®hall sport escrim3

-®hall sport insci5

-®hall sport6

Nous finissons même par trouver la cantine. Mais la fatigue se fait de plus en plus pesante et l’intérieur semble vide. Nous passons aussi devant les plattenbau designés par les soviétiques, certains étant plus élaborés que d’autres, mais tous autant abandonnés les uns que les autres.

Enfin nous retrouvons la sortie, passons pas les orties, escaladons le grillage dans la plus grande discrétion, disons au revoir aux voisins et retrouvons la voiture là où nous l’avions laissée.

Un projet d’envergure concerne le site de la caserne de Krampnitz. Il est prévu d’y aménager 1600 logements pour faire face à la demande de plus en plus importante en matière d’habitations dans la commune de Potsdam. En attendant que le chantier commence (s’il commence un jour), la caserne se repose de son passé militaire sous les caresses de la nature galopante.

-®bat4+

16 Réponses à “Une journée à la caserne de Krampnitz”

  1. Je suis retourné faire un tour à Krampnitz le samedi 15 avril. L’accès est plus compliqué: les portions du mur d’enceinte qui étaient écroulées ont été fermées par des grillages métalliques. Mais il y a toujours moyen d’entrer si on cherche bien. Malheureusement, avec un Espagnol rencontré sur les lieux, à force de discuter et de ne pas faire attention, nous nous sommes faits bêtement repérés par un vigile en voiture. Dans un premier temps, il voulait nos papiers (« Ausweis ! Papier ! » criait-il pour nous impressionner… on se serait cru dans La grande vadrouille !) pour établir une contravention… Nous avons refusé et dit tout simplement qu’on s’en allait… Du coup, il nous a escorté jusqu’à l’entrée principale pour être sûr que nous quittions bien les lieux. Pas d’amende, mais en échange, la promesse de ne plus revenir…
    Voilà pour répondre à la question d’Elsa… il est toujours possible d’y aller mais il faut être le plus discret possible pour éviter de se faire « coincer » et ne pas avoir peur d’être confrontés à ces vigiles tout vêtus de noir et plus ou moins zélés (il y a deux ans, j’avais également été repéré. Mais, après discussion, ils m’avaient laisser poursuivre ma visite tranquillement).

  2. Elsa Perry

    Bonjour !
    Déjà, félicitation pour votre blog et aussi pour le guide que je viens d’acheter pour ma semaine à Berlin.
    Savez-vous si le site de la caserne de Krampnitz est encore accessible ? Je vous remercie par avance pour votre réponse. Et encore bravo pour toutes ces infos !
    Elsa

  3. Accès facile et site vraiment fascinant. Rencontre de vigiles avec qui je me suis finalement arrangé. Quatre journées entières ont été nécessaires pour en visiter chaque immeuble, chaque maison, pièce par pièce, jusqu’aux combles. Prévoyez des chaussures de randonnée, avancez toujours avec prudence, regardez où vous mettez les pieds et jetez un coup d’œil avant d’entrer dans certains lieux. En étant attentif, il n’y a pas de danger… Des portes ou des fenêtres qui claquent ? Un bruit bizarre ? … C’est le vent, forcément… ! Tant d’années après le départ des Soviétiques, il est étonnant de trouver encore des uniformes intacts (authentique !), de la vaisselle, les murs tapissés d’exemplaires de la Pravda… et forcément cette mosaïque nazie !
    Quelqu’un peut-il me dire si le site de Wünsdorf est aussi accessible avec le même intérêt ?
    Sacha.

  4. Héléne

    Vu lors d’un festival ce weekend le film Die Kriegerin de David Wnendt.
    Je jurerais que les scène du squat d’un des protagoniste ont été tournées dans la caserne, ce tant en extérieur qu’en intérieur. J’étais même persuadée d’avoir vu une photo d’un des lieux sur ton blog.
    Bon film, dérangeant, sur un sujet sensible.
    Et si ce n’est pas là, ça te donnera un autre endroit à découvrir 😉

  5. LEFEBVRE Claire

    Bonjour, je suis étudiante en classe préparatoire a Rouen et nous partons en voyage à Berlin du 18 au 24 mai. Nous avons un projet personnel obligatoire, qui est de rencontrer une personne berlinoise ou non !, pour nous faites visiter, pour parler d’un sujet, choisi par l’élève, d’un lieu, de l’histoire de Berlin, etc..
    Je souhaiterai savoir si une personne vivant sur Berlin pourrait me contacter pour pouvoir visiter cet endroit, qui à l’air vraiment magnifique, ou pour pouvoir en parler.
    Mon adresse mail : clairelfb@live.fr
    Merci d’avance pour toutes réponses possibles!

  6. Bonjour, suite à ton article et de passage à Berlin en couple, nous avons décidé de chercher puis finalement trouvé la caserne de Krampnitz. Absolument magnifique et terrifiant à la fois. Tantôt angoissé et tantôt intrigué par les lieux nous avons marché, découvert et pénétré dans les divers bâtiments. Magnifique journée hors des visites traditionnelles! Merci pour l’idée.

  7. C’est dommage de faire un chouette boulot de reportage, et derrière de donner ouvertement tellement d’infos – ainsi que le nom – pour risquer de multiplier les visites et les dégradations éventuelles
    N’importe qui d’un peu futé, et d’un peu intéressé pourrait trouver, s’il cherche….

    • Si ça peut vous rassurer je reçois beaucoup de mails de personnes qui n’ont pas trouvé l’adresse exacte avec les seules informations données dans mon article. Je pense être suffisamment floue dans mon article sur l’emplacement exacte, qui n’est effectivement pas difficile à trouver si l’on fait quelques recherches.

  8. Hello, je suis a berlin pour 6 mois et Ton blog et juste une incroyable! Merci ! Par contre cette Exploration m’interesse beaucoup Mais je n ai pas de moyens de transport… C est tu si on peux y acceder en Train et a tu l’adresse du lieux?merci d’avance er pour ton Blog!

    • Merci pour ton commentaire ! Je pense que tu peux y accéder en train puis prendre ton vélo. En faisant une petite recherche sur le net tu trouveras sans problème la localisation de l’ancienne caserne de Krampnitz 🙂

  9. Ce site abandonné a été le plus incroyable que j’ai pu visiter jusqu’ici… Je trouve que le plus angoissant, ce sont toutes ces maisons abandonnées où il y a encore des frigos, des télés… et les multiples symboles nazis et soviétiques qui cohabitent… brrrr ! Superbes les photos sinon 🙂

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *